Le port de Barneville-Carteret

Le port de Barneville-Carteret

Historique

Les premières traces d’une activité maritime remontent au XVIIIe siècle, lorsque les goélettes venaient s’échouer dans l’estuaire. Cependant, l’activité est peut-être plus ancienne puisque qu’on sait que le père de Nicolas Dutot, y était charpentier de marine dans le petit hameau qui porte leur nom et qui est connu pour être un ancien village de pêcheurs. On sait aussi que de 1710 à 1788, 71 navires de commerce et de pêche y sont mis à l’eau et qu’en 1731, des aménagements sont réalisés pour remédier à l’ensablement du havre et au déplacement du chenal.

En 1865, une station de sauvetage est créée. La grande jetée insubmersible et la digue sud sont achevées en 1880 et permettent la création d’une liaison commerciale avec Jersey.

En 1945, le « petit port », servant d’abri aux pêcheurs par grande marée, est agrandi avec l’aide du 280e bataillon de combat du génie américain stationné à Carteret. Le bassin de plaisance actuel est construit en 1995.

Liaisons vers Jersey et Guernesey

La compagnie Manche Îles Express assurent toujours, entre avril et septembre, des liaisons avec son bateau le Victor Hugo, qui peut accueillir 243 personnes, jusqu’au port de Saint-Hélier à Jersey (1 h) d’où partent ensuite les correspondances pour les autres îles Anglo-Normandes. Des liaisons directes existent aussi jusqu’à Saint-Pierre-Port à Guernesey (1 h 20).

Une autre compagnie, plus petite, moins touristique, appelée « Vedettes du Cotentin», propose des traversées rapides (27 nœuds de vitesse moyenne) pour un nombre de personnes plus restreint (12 passagers maximum) et une clientèle généralement professionnelle.

Depuis peu, une troisième compagnie, Gorey Shipping est apparue à Jersey, pour faire le trajet inverse, en direction de Carteret. Elle dispose d’un bateau rapide pouvant accueillir un maximum de 12 passagers.

Port de pêche

Une vingtaine de bateaux (chalutiers et caseyeurs) y sont attachés, qui pêchent essentiellement des soles et des raies au chalut, des homards, araignées et tourteaux aux casiers, et des pétoncles ou coquilles Saint-Jacques à la drague.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *